Blog

Dans 2020

Une visite inopportune

Par Le 17/04/2020

Insidieusement, à pas feutrés, la maladie, qui n'ose se présenter que sous un sigle [ covid-19 ] , m'a rendu visite. Avec un culot monstre, elle s'est emparée de mon corps et m'en a dépossédé. 

Une voix d'outre-tombe a remplacé la mienne. Bientôt, mes jambes, pareilles à celles d'un poulain qui vient de naitre, refusèrent de me porter. Sous l'effet d'une extême fatigue, mon esprit cessa de se battre. Je me mis à divaguer et à errer, sans corps, dans un sombre univers. la vie fuyait. Mais un matin, le regret des choses simples s'est imposé comme un début de guérison et ce quatrain de Csezlaw Milosz m'a sauté au visage:

" Seigneur Dieu, j'ai aimé la confiture de fraises

  et la sombre douceur du corps féminin.

  Comme aussi la vodka glacée, les harengs à l'huile,

 les parfums: la canelle et les clous de girofle."

Aujourd'hui, des envies me reviennent. Celle d'un verre de rosé arrive en tête. Reste à être sur d'en retrouver le goût avant de mettre fin à une parenthèse riche de sens!

Dans 2020

Sémantique lexicale

Par Le 20/03/2020

Confinement: maintien d'un être vivant dans un milieu de volume restreint et clos, mais aussi interdiction faite à un malade de quitter la chambre !!!

Confinage: voisinage

Confinité: fait d'être très proche

(se) confiner (à) : toucher aux frontières, être immédiatement voisin, être contigu, être très proche de, mais aussi tracer des limites autour de quelqu'un, l'enfermer.

Muni d'une attestation en bonne et du forme, au confinement de la Camargue, confiner dans une cabane de gardian, avec une belle arlésienne, pendant quatorze jours ou plus, sans tracer de limites autour d'elle,  je suis sur que nombre de ceux qui pestent contre les mesures gouvernementales accepteraient la confinité, le confinage. Enfin, tout ce qui s'en rapproche!

Dans 2020

Spéculation

Par Le 25/02/2020

" Tout livre a pour collaborateur son lecteur" M. Barrès

Mais, concernant mon roman à paraitre, où est-il? Disséminé dans la nature comme une fleur des champs!

Qui est-il? A n'en pas douter, le plus souvent une lectrice, à tel ou tel âge de la vie.

Où et à quel moment de la journée le lira-t-elle? Sera-t-elle studieuse, rêveuse, distraite en le lisant?

Dans quel état d'esprit le rencontrera-t-elle? En forme, chagrinée?

Qu'en restera-t-il?

Patience!

Par Le 30/01/2020

"Tout arrive enfin, à qui sait patienter." ce proverbe danois, plein de sagesse, j'ai du mal à le suivre!

Pourtant, rien ne presse. le plaisir d'écrire ne l'emporte-t-il pas, chez moi, sur celui d'être publié? Quoique...?

J'ai hâte de me trouver en présence de futurs lecteurs dans une librairie, une maison de la presse, une bibliothèque, sur un marché, dans le métro...

Ne suis-je pas avide d'aller "à la rencontre d'une rencontre"?

 

Dans 2019

A la recherche de la perle rare

Par Le 11/12/2019

20190906 160001 4000pix

 

Je suis à la recherche d'un éditeur "pêchu" ! Pourquoi ne me chercherait-il pas lui aussi? Mais comment le trouver ?

Comme tant d'autres l'ont fait avant moi, j'ai adressé un manuscrit à quelques grandes maisons qui totalisent dans le marché de l'édition une part telle qu'elle ridiculise les 20/80 de la loi de Pareto!

En quête, elles aussi, de la perle rare, pourquoi n'accepteraient-elles pas de publier mon manuscrit, même si ceci relève de la gageure. N'ont-elles pas refusé, parfois, celui des plus grands?

Il y a de bons livres jamais publiés et des livres moins bons publiés. Quels sont les bons et les moins bons?

Bref, tout reste possible. Alors, patience! 

Dans 2019

"Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous"

Par Le 31/10/2019

Gardian et arlesienne jpgA la recherche d'une couverture parlante pour mon prochain livre, je suis tombé en arrêt sur ce tableau

Il évoque, à la perfection, une grande partie de ce que j'ai tenté d'écrire.

Un cheval, un gardian, une Arlésienne vus de dos, un arrière-plan évanescent qui laisse place à toutes les suppositions, à une rêverie contemplative. le tout traité dans des couleurs chaudes, sublimées par la lumière du Sud.

Bravo et merci à Claude SAUZET, l'auteur de de tableau et de bien d'autres, que je me suis empressé de rencontrer. L'homme est aussi chaleureux et généreux que sa peinture. Nous aurions pu parler des heures entières de la Camargue et de bien d'autres choses encore.

 

Dans 2019

Alea jacta est

Par Le 25/09/2019

Unnamed 1

J'en ai fini avec mon second roman!

Quelques brûlures d'estomac, quelques douleurs au bas du dos, quelques envies de fraises en plein hiver et des sautes d'humeur à foison!

Passé entre les mains de quelques intimes, ce qui n'est encore qu'un manuscrit suscite des commentaires: "Qu'il est beau!", "Il te ressemble!", d'autres encore.

Moi, je le relis avec tendresse sans trop savoir s'il est bien constitué, s'il ne lui manque rien pour affronter la vie.

Il va falloir le confier à un spécialiste dont je redoute le diagnostic.

Je cherche celui qui pronostiquera un avenir plein de promesses à ce bébé qui vient de naitre.

 

Dans 2019

La délivrance

Par Le 24/06/2019

09 05 aBientôt deux ans que je me suis attelé à un nouveau roman.

A l'origine: un rendez-vous avec une lectrice du premier qui m'a suggéré d'en écrire un second.

" Les ingrédients principaux, vous les avez. Vous en parlez si bien. Ajoutez un peu de ceci, un peu de cela. N'oubliez pas les épices. Faites en sorte qu'à la fin de chaque page, le lecteur ait envie de passer à la suivante, comme s'il ne pouvait s'empêcher d'en reprendre une bouchée".

L'entretien n'a pas excédé la demi-heure. Elle est partie. Je ne l'ai jamais revue.

L'envie de concocter un plat de fête m'a pris et je m'y suis mis avec l'ingénuité d'un marmiton! 

Indigeste, trop copieux, mal assaisonné, manque de liant... C'est ainsi que furent accueillis mes premiers essais!

Mon livre a encore besoin de mijoter, mais le fumet qui s'en échappe, désormais, me donne des raisons d'espérer.