Billets de jean-g

Trouver sa place

23316662 1711426112221330 6275773020372342106 n 2 Tout le monde en rêve. Beaucoup la cherchent, certains la trouvent. D'autres se désespèrent sans être dupes.

 

" L'impression d'avoir loupé le coche, de ne pas être à ma place, me taraude. A Paris, je n'y ai jamais été. je m'y sens seul, je suffoque, j'ai besoin d'air. Au travail, dans le mélodrame que je pressens, je crains de finir par endosser un rôle de cocu! Quant à mon couple des divergences de vue le fragilisent.

Hors de moi, au propre comme au figuré, je suis comme ce brin de persil au fond d'un évier. Il résiste mais finira par disparaitre si la bonde est lachée. 

Je cherche ma place. Où est-elle parmi tous ces possibles,  souvent contradictoires et l'aurais-je saisie si je l'avais trouvée?

Comment éviter de se complaire dans la rêverie devant tant de complexité? Alimentée par les souvenirs, elle frôle l'extravagance et je ne parviens pas à m'en passer. J'en use à la façon d'un antidépresseur. Sous son emprise, je perds le Nord. Qu'espérer de mieux si c'est pour retrouver le Sud et, rien que d'y penser, je dois lutter pour ne pas battre la campagne sur un étalon fringant, aux lèvres de mérou et couvertes d'écume.

Légèrement encapuchonné, il encense de la tête et par de légers ronflements, il scande des pas de samba sur la draille de Méjanes. A notre droite, un étang, vaste comme une mer, miroite. Fuselés comme des avions de chasse, des flamands le survolent, au ras de l'eau. Sur la gauche, nous longeons une roubine tapissée de fleurs jaunes et tout un petit monde, effrayé par le bruit des sabots se jette à l'eau... "   

Extrait de "oublie tes rêves, trouve ta place" 

" Il n'y a d'art que pour et par autrui. "

<< "Sans lecteur, pas d'oeuvre litteraire" ironise un ami qui se plaint, comme tant d'autres, de n'avoir toujours pas reçu mon dernier livre, commandé sur une plateforme de vente depuis belle lurette! Sont-elles engorgées? Manquent-elles de personnel? s'agace-t-il.

- Je ne sais... Mais pour en revenir au lecteur dont tu parles, le plus souvent une lectrice, encore faut-il qu'il sache que mon livre est sorti! >>

Sa réflexion m'a courroucé; je sais trop bien que le lecteur et l'écrivain-vant sont indissociables.

Devinant mon exaspération, il compatit, puis se hasarde à dire sans trop de conviction:

<< Ton éditeur va le promouvoir, c'est son rôle et toi, tu feras le reste, non?

- Que Dieu t'entende concernant mon éditeur! Quant à moi, tous les salons, programmés de longue date, ont jeté l'éponge et nombre de librairies refusent d'organiser une séance de signatures de peur de voir la covid envahir leurs locaux. >>

Désemparé, il m'a quitté sur la pointe des pieds. J'ai profité d'un rayon de soleil pour me rendre en forêt. Quelques grands chênes m'ont consolé.

                         
                           
                           
                           
                           
                           
                           
                           
                           
                           
                         
                               
                               
                               
                               
                               
                               
                               
                               
                               
                               
                             

Rentrée littéraire

Couv2 1

Elle compte cette année un nouveau venu.

N'ayant pas eu la prétention de le présenter à l'un des nombreux Prix Littéraires qui fleurissent courant novembre et  toujours pas sollicité par un média, si petit soit-il, je me dois de vous en dire quelques mots.

" Il faudra la survenue d'une infortune pour que les rêves de José cessent de s'opposer à son désir de changer de vie. Sur le chemin tortueux qui conduit du rêve à sa réalisation, il vous invite à le suivre. Peut-être vous permettra-t-il, vous aussi, de partir vers un ailleurs plein de promesses? "

Vous trouverez sur mon site jeangrousset.com tous les moyens de vous le procurer.

Bonne lecture et à bientôt!

 

Trouver sa place...

20770194 1627424000621542 5648177448283807190 nComme suite à mon précédent billet, la romancière Diana Evans questionne:

- n'est-ce pas la raison d'être des rêves, de trouver sa place ?

Dubitatif, du fond de sa Phrygie, Esope lui répond:

- prends garde à ne pas te perdre toi-même en étreignant des ombres.

Courroucé, Einstein s'efforce de conclure:

- Au milieu de la difficulté se trouve l'opportunité.

 

 

José, le héros de mon roman à paraitre va se ranger à l'avis du grand physicien. Un déboire professionnel lui en donnera l'occasion.

 

Après maintes tergiversations, au bout de ses rêves, il trouvera sa place. Rude, austère, farouche, telle une sauvageonne, la Camargue lui tendra ses bras.

" rêver un impossible rêve..."

Salins de giraud 13 septembre 2016Le rêve est l'accomplissement d'un désir, d'un désir inconscient, nous dit Freud en parlant de celui qui occupe nos nuits. Il n'en va pas de même avec celui qui agrémente nos jours tout en restant au stade de désir inassouvi.

Lequel d'entre nous n'a pas été tenté de se laisser aller à la rêverie... au point, parfois, de s'y perdre? Alors, passer du rêve à la réalité reste un voeu pieux. la chimère l'emporte sur la réalisation d'un projet, sauf si, par chance, un coup de pouce du destin permet d'inverser la donne.

Beau thème pour un roman, non?

Une visite inopportune

Insidieusement, à pas feutrés, la maladie, qui n'ose se présenter que sous un sigle [ covid-19 ] , m'a rendu visite. Avec un culot monstre, elle s'est emparée de mon corps et m'en a dépossédé. 

Une voix d'outre-tombe a remplacé la mienne. Bientôt, mes jambes, pareilles à celles d'un poulain qui vient de naitre, refusèrent de me porter. Sous l'effet d'une extême fatigue, mon esprit cessa de se battre. Je me mis à divaguer et à errer, sans corps, dans un sombre univers. la vie fuyait. Mais un matin, le regret des choses simples s'est imposé comme un début de guérison et ce quatrain de Csezlaw Milosz m'a sauté au visage:

" Seigneur Dieu, j'ai aimé la confiture de fraises

  et la sombre douceur du corps féminin.

  Comme aussi la vodka glacée, les harengs à l'huile,

 les parfums: la canelle et les clous de girofle."

Aujourd'hui, des envies me reviennent. Celle d'un verre de rosé arrive en tête. Reste à être sur d'en retrouver le goût avant de mettre fin à une parenthèse riche de sens!

Sémantique lexicale

Confinement: maintien d'un être vivant dans un milieu de volume restreint et clos, mais aussi interdiction faite à un malade de quitter la chambre !!!

Confinage: voisinage

Confinité: fait d'être très proche

(se) confiner (à) : toucher aux frontières, être immédiatement voisin, être contigu, être très proche de, mais aussi tracer des limites autour de quelqu'un, l'enfermer.

Muni d'une attestation en bonne et du forme, au confinement de la Camargue, confiner dans une cabane de gardian, avec une belle arlésienne, pendant quatorze jours ou plus, sans tracer de limites autour d'elle,  je suis sur que nombre de ceux qui pestent contre les mesures gouvernementales accepteraient la confinité, le confinage. Enfin, tout ce qui s'en rapproche!

Spéculation

" Tout livre a pour collaborateur son lecteur" M. Barrès

Mais, concernant mon roman à paraitre, où est-il? Disséminé dans la nature comme une fleur des champs!

Qui est-il? A n'en pas douter, le plus souvent une lectrice, à tel ou tel âge de la vie.

Où et à quel moment de la journée le lira-t-elle? Sera-t-elle studieuse, rêveuse, distraite en le lisant?

Dans quel état d'esprit le rencontrera-t-elle? En forme, chagrinée?

Qu'en restera-t-il?

Patience!

"Tout arrive enfin, à qui sait patienter." ce proverbe danois, plein de sagesse, j'ai du mal à le suivre!

Pourtant, rien ne presse. le plaisir d'écrire ne l'emporte-t-il pas, chez moi, sur celui d'être publié? Quoique...?

J'ai hâte de me trouver en présence de futurs lecteurs dans une librairie, une maison de la presse, une bibliothèque, sur un marché, dans le métro...

Ne suis-je pas avide d'aller "à la rencontre d'une rencontre"?

 

A la recherche de la perle rare

20190906 160001 4000pix

 

Je suis à la recherche d'un éditeur "pêchu" ! Pourquoi ne me chercherait-il pas lui aussi? Mais comment le trouver ?

Comme tant d'autres l'ont fait avant moi, j'ai adressé un manuscrit à quelques grandes maisons qui totalisent dans le marché de l'édition une part telle qu'elle ridiculise les 20/80 de la loi de Pareto!

En quête, elles aussi, de la perle rare, pourquoi n'accepteraient-elles pas de publier mon manuscrit, même si ceci relève de la gageure. N'ont-elles pas refusé, parfois, celui des plus grands?

Il y a de bons livres jamais publiés et des livres moins bons publiés. Quels sont les bons et les moins bons?

Bref, tout reste possible. Alors, patience! 

"Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous"

Gardian et arlesienne jpgA la recherche d'une couverture parlante pour mon prochain livre, je suis tombé en arrêt sur ce tableau

Il évoque, à la perfection, une grande partie de ce que j'ai tenté d'écrire.

Un cheval, un gardian, une Arlésienne vus de dos, un arrière-plan évanescent qui laisse place à toutes les suppositions, à une rêverie contemplative. le tout traité dans des couleurs chaudes, sublimées par la lumière du Sud.

Bravo et merci à Claude SAUZET, l'auteur de de tableau et de bien d'autres, que je me suis empressé de rencontrer. L'homme est aussi chaleureux et généreux que sa peinture. Nous aurions pu parler des heures entières de la Camargue et de bien d'autres choses encore.

 

Alea jacta est

Unnamed 1

J'en ai fini avec mon second roman!

Quelques brûlures d'estomac, quelques douleurs au bas du dos, quelques envies de fraises en plein hiver et des sautes d'humeur à foison!

Passé entre les mains de quelques intimes, ce qui n'est encore qu'un manuscrit suscite des commentaires: "Qu'il est beau!", "Il te ressemble!", d'autres encore.

Moi, je le relis avec tendresse sans trop savoir s'il est bien constitué, s'il ne lui manque rien pour affronter la vie.

Il va falloir le confier à un spécialiste dont je redoute le diagnostic.

Je cherche celui qui pronostiquera un avenir plein de promesses à ce bébé qui vient de naitre.

 

La délivrance

09 05 aBientôt deux ans que je me suis attelé à un nouveau roman.

A l'origine: un rendez-vous avec une lectrice du premier qui m'a suggéré d'en écrire un second.

" Les ingrédients principaux, vous les avez. Vous en parlez si bien. Ajoutez un peu de ceci, un peu de cela. N'oubliez pas les épices. Faites en sorte qu'à la fin de chaque page, le lecteur ait envie de passer à la suivante, comme s'il ne pouvait s'empêcher d'en reprendre une bouchée".

L'entretien n'a pas excédé la demi-heure. Elle est partie. Je ne l'ai jamais revue.

L'envie de concocter un plat de fête m'a pris et je m'y suis mis avec l'ingénuité d'un marmiton! 

Indigeste, trop copieux, mal assaisonné, manque de liant... C'est ainsi que furent accueillis mes premiers essais!

Mon livre a encore besoin de mijoter, mais le fumet qui s'en échappe, désormais, me donne des raisons d'espérer.

La gestation

20180606 165805A voir le temps passé et le nombre de phases écrites et remaniées par Marcel Proust pour parvenir à celle connue de nous tous: "Longtemps, je me suis couché de bonne heure.", je trouve que je vais presque vite dans la rédaction de mon second roman!

Les brouillons d'un Flaubert ou d'un Zola font taire mon impatience et me rassurent. A côté d'eux, j'écrivaille! Mais je jubile:

- en voyant le mal de chien qu'ils ont eu à esquisser un plan général, puis détaillé, à trouver un titre.

en mesurant combien la place réservée à se documenter a été importante.

Je partage ce besoin d'enrichir ou d'alléger tel ou tel passage, voire de le changer de place.

Je compatis en comptant le nombre de ratures.

Je reste sans voix devant cette opiniatreté à chercher le mot juste, qui se traduit par des listes de mots approchant celui jugé insatisfaisant.

Je m'attendris lorsque je vois apparaitre un dessin qui signe une pause ou une panne d'inspiration.

mon prochain livre

Pape 4 2"Il est aussi facile de rêver un livre qu'il est difficile de le faire." 

Je souscris à cette citation d'Honoré de Balzac, le personnage principal de mon prochain roman aussi.

Ce dernier serait bien en peine d'aller au bout de son rêve à force de se laisser tenter par la chimère !

Alimenté par des souvenirs magnifiés au fil du temps, celui-ci va l'aider à vivre, mais outrepasser ses droits.

Il faudra un "coup d'épaule" du destin pour qu'il cesse de rêver sa vie et fasse de son rêve une réalité.

Anicroches*

Dsc00808​ Sous la plume de Claude Roy, je lis: " Il faut s'aimer en écrivant le premier jet, se haïr en se relisant et se tenir à l'oeil en récrivant."

Ceci me parle et me rassure venant de ce Monsieur dont j'apprécie les aphorismes.

J'en suis à "se tenir à l'oeil" et je m'y tiens si sévèrement que je n'écris qu'au compte-goutte!

On écrit un premier roman avec la peur de ne pas y arriver. On croit pouvoir en écrire un second plus facilement. Quelle erreur d'appréciation!

 

le "bio" en littérature

C'est ne pas céder à la facilité! Voici pourquoi je viens de mettre les cents premières pages de mon second roman au panier.

Usant du plaisir d'écrire en guise d'engrais ou de pesticide, je les ai rédigées trop vite. j'en dit trop à la fois. les transitions sont trop sèches. l'ensemble est insipide.

Plus grave, en insérant des considérations étrangères à l'intrigue, j'ai modifié génétiquement le roman. Avec quelles conséquences chez le lecteur, sûrement pas celles espérées secrètement ? ne m'en voudra-t-il pas ?

Enfin, l'usage abusif des additifs  sous forme d'adjectifs et d'adverbes les rendent, à mes yeux, impropres à la lecture.

Alors patience! il faut du temps pour écrire un livre "bio"!

 

Séances de dédicace

Quel plaisir de rencontrer mes futurs lecteurs! Je les aime pour la confiance dont ils m'honorent.

Ne font-ils pas un pari en se procurant le livre d'un inconnu? va-t-il correspondre à l'image qu'ils se font de l'auteur?

Vaste sujet qui nous entrainerait fort loin!

Beaucoup ont écrit, mais pas de quoi en faire un livre. Ils me confessent leurs difficultés:

" Pèriodiquement, j'écris.  Mais, sur des sujets si divers que je ne vois pas comment les lier pour en faire un livre!"

" Ma vie est un roman. Mais, au bout d'une vingtaine de pages, j'ai l'impression d'avoir tout dit!"

Combien je les comprends pour avoir éprouvé les mêmes difficultés.

Entregent!

20180929 115527Il en faut pour faire partie des gens de lettres! Avec la plume pour roulotte, ce sont des gens du voyage; mais aussi, cloués à leur chaise, des gens de maison. Certains, méconnus, se considèrent comme des gens de peu ou sous-estimés par des gens d'en haut. D'autres, "mélanchoniens" s'écrient << Vous, les gens!>> et rêvent du Goncourt pour toute présidence.

les habitudes

23380008 1711426188887989 8458635412476646960 nElles pèsent de tout leur poids sur nos bonnes résolutions.

Cueillies pendant l'été comme ces fleurs des champs qui ornaient la campagne, elles se sont fanées.

Sournoisement, comme ces jours qui racourcissent, les habitudes se sont réinstallées, les vacances finies! 

Me restent les encouragements de ce cheval aux oreilles éloquentes.

"La pire tyrannie est celle de l'habitude" me murmure -t-il. Mais il sait qu'avec moi sur son dos nous la rendrons  moins cruelle.